Référentiel de compétences des professeurs documentalistes

Ciseaux à bois - professeurs documentalistes -photo : © Isabelle Gabrieli

Suite à la publication de deux projets de référentiels de compétences par le ministère de l’Éducation nationale, l’ANDEP vous expose ses réflexions et analyses de ces textes. Nous nous concentrons volontairement sur le réfé­rentiel de com­pé­tences pro­fes­sion­nelles du professeur documentaliste. Notre réflexion est toujours animée par une conviction profonde : notre exercice est avant tout pédagogique dans ses fondements et dans ses finalités.

De fait, nous demandons toujours expressément, que cette portée pédagogique puisse s’appuyer sur une didactique de l’information, seule garante d’une formation raisonnée des élèves.

Nous affirmons nos positions sur l’évolution des lieux et des services et sur leur corolaire d’accompagnement et d’animation. La transformation des lieux ne peut-être justifiée que si elle est accompagnée d’une réflexion profonde sur les enjeux de formation.

C’est pourquoi, in fine, nous soutenons la création d’un curriculum info-documentaire.

 

Notes de l’ANDEP sur le projet de « référentiel de compétences professionnelles des professeurs documentalistes » publié par le ministère de l’Éducation nationale.

ANDEP : association nationale des documentalistes de l’enseignement privé

L’association nationale des documentalistes de l’enseignement privé souhaite participer à la réflexion suscitée par l’écriture de ce projet de référentiel de compétences et remercie la FADBEN pour son initiative de coopération.

 

En discours liminaire, l’ANDEP se questionne sur le statut officiel de ce texte : Quelle place occupera-t-il parmi les autres publications institutionnelles régissant les professeurs documentalistes ? En particulier par rapport à la circulaire de mission de 1986.

 

L’ANDEP souligne également le très haut niveau d’exigence dans la diversité des missions et compétences annoncées et espère que les moyens humains, notamment dans le recrutement de professeurs documentalistes certifiés et dans la formation continue, seront à la hauteur des exigences professionnelles attendues.

 

L’ANDEP souhaite réagir sur les axes II et III du projet de référentiel. L’approche se concentre donc volontairement sur les champs d’expertise du professeur documentaliste, dans son action de formation, dans sa mission de mise à disposition et de gestion des ressources et dans son action éducative d’accueil des publics.

 

Axe II – Le professeur documentaliste, garant de l’éducation aux médias à l’information ainsi que de l’ouverture sur l’environnement.

Education aux médias – éducation à l’information

 

L’éducation à l’information est une priorité pour le professeur documentaliste. Cette éducation à l’information puise ses fondements dans les Sciences de l’information et de la communication (SIC), fondatrices dans l’expertise des professeurs documentalistes. Il conviendrait donc de réinscrire la maitrise de l’information et la formation à la culture informationnelle au cœur de notre action de formation et à la genèse de notre expertise didactique.

 

Le dialogue que les SIC entretiennent avec l’éducation aux médias participe de la didactique de l’information, mais les médias ne sont pas à l’épicentre épistémologique des Sciences de l’information et de la communication. L’émergence d’une didactique de l’information clairement définie dans ses contours et ses contenus permettrait de définir et de corréler les cultures numériques, médiatiques et informatiques constitutives de la culture informationnelle.

 

« Le professeur documentaliste, par ses connaissances scientifiques, didactiques et pédagogiques … »

 

Il s’agit donc, préalablement, de définir ce qui est reconnu dans ce texte : l’expertise didactique. Les compétences du professeur documentaliste ne pourront s’articuler sans définir préalablement ce qui relève de cette didactique et ce qui la fonde. Cette élaboration doit se faire en amont avec les universitaires des Sciences de l’information et de la communication et avec des groupes de réflexion émanant des associations professionnelles. La didactique de l’information, déjà largement réfléchie et clairement établie autour des savoirs et des notions, doit bénéficier d’une reconnaissance institutionnelle et se traduire par l’émergence d’un curriculum info-documentaire. Ce dernier, contrairement aux référentiels de compétences, privilégiera l’entrée par les savoirs et les notions.

 

Seule l’entrée par les savoirs et les notions est susceptible de faire émerger un enseignement de qualité à la hauteur des exigences de l’Ecole de la République et des enjeux sociétaux liés aux environnements, objets et pratiques numériques.

 

L’ANDEP se félicite, à la lecture de ce texte, de la légitimité pédagogique du professeur documentaliste. La possibilité offerte aux professionnels de la documentation d’intervenir « directement dans les formations, à la demande des enseignants ou de sa propre initiative, à travers des situations pédagogiques », permet d’envisager une progression dans la formation à la maîtrise de l’information.

 

Si l’action du professeur documentaliste doit s’appuyer sur « les données de la recherche en éducation », pour l’ANDEP, il semble fondamental d’asseoir son expertise sur les SIC. En cela, l’élaboration d’une didactique de l’information fait évoluer la formation à l’information de sa posture d’inter-discipline.

La question n’est nullement de remettre en cause la collaboration avec les disciplines scolaires. L’enjeu est de souligner l’absolue nécessité de sortir la culture informationnelle de sa position d’assujettissement aux autres disciplines.

 

Un curriculum info-documentaire permettrait aux élèves d’asseoir de manière raisonnée leur parcours de formation.

L’entrée privilégiée dans les apprentissages par les compétences est principalement axée sur les usages et les pratiques. Elle favorise une pédagogie curative et se développe toujours a posteriori, en fonction de l’observation des pratiques numériques des jeunes ainsi que de leurs méthodes, souvent issues d’une culture instrumentale.

De fait, il s’agit plus d’une rééducation à l’information et aux médias, qu’une véritable éducation à l’information et aux médias.

L’entrée par le curriculum info-documentaire fondé sur une didactique de l’information favoriserait une pédagogie préventive, anticipatrice et innovante.

Axe III – Le professeur documentaliste, maître d’œuvre de l’organisation des ressources pédagogiques de l’établissement et de leur mise à disposition

 

L’ANDEP se félicite de la définition qui est faite du centre de ressources, identifié avant tout comme lieu de formation mais aussi de « lecture, de culture, d’échanges, de travail individuel et collaboratif ».

L’évolution de la terminologie est à cet égard intéressante à souligner :

–       espace de ressources et d’information

–       centre de ressources

Le terme de CDI n’apparaît plus. Avec lui, la notion de documentation disparaît au profit de celle de ressources. Ce processus n’est pas sans conséquence sur l’évolution des missions du professeur documentaliste : gérer des espaces de ressources n’est pas gérer un centre de documentation. L’ANDEP souhaiterait avoir des éclaircissements sur cette dimension qui reconfigure le profil de poste.

 

A ce titre, « organiser la complémentarité des espaces de travail : espace de ressources et d’information, salles d’études » ouvre la réflexion sur ce qui n’est pas sans rappeler l’avènement des centres de connaissances et de culture.

La collaboration avec les personnels de vie scolaire, à l’égal de celle développée avec les enseignants de discipline, relève des compétences et missions éducatives du professeur documentaliste. En revanche, l’ANDEP regrette le manque de clarté dans la redéfinition de ces espaces de concertation.

La plus-value d’un centre de ressources se trouve dans la formation qui s’y déroule, dans l’identification de ce lieu comme un espace didactisé. Même si l’accueil des élèves sur les temps scolaires demeure une prérogative des professeurs documentalistes, l’accès à l’autonomie tiendra dans un juste équilibre entre la formation des élèves et la gestion de leurs heures vacantes.

L’accueil des élèves est donc une problématique qu’il convient d’aborder, en collaboration, en distinguant clairement les finalités et la spécificité des publics qu’il convient d’autonomiser.

 

L’ANDEP est très attachée à l’idée d’une réflexion non englobante sur les questions d’études et de temps d‘étude. Il s’agit de bien identifier les temps et les espaces en fonction de la place qu’ils occupent dans les apprentissages des élèves.

En cela, il conviendrait de réfléchir à des structures spécifiques du collège différentes de celles du lycée, où les attentes et les paliers d’autonomie ne sont pas les mêmes.

En conclusion

 

L’ANDEP partage pleinement ce qui, dans ce texte, légitime clairement notre statut d’enseignant, notre action pédagogique et notre participation à l’évaluation des apprentissages des élèves.

L’ANDEP soutient l’évolution et la clarification des contenus didactiques relevant de nos champs d’expertise. Si le CDI évolue de centre de documentation et d’information à centre ou espace de ressources, l’action pédagogique et les contenus de formation doivent également évoluer et s’affranchir nettement des concepts mouvants d’accompagnement ou de guidance pour aller vers une juste définition des notions et des savoirs fondateurs de la didactique de l’information.

Le parcours de formation des élèves ne dépend pas de la mutation des lieux et des services mais de la cohérence des apprentissages qui pourront être développés.

C’est pourquoi l’ANDEP soutient pleinement le curriculum info-documentaire comme expression de cette cohérence de formation à la culture informationnelle.

Pour l’ANDEP

Emmanuelle Mucignat

Présidente de l’ANDEP

 

 

Télécharger les projets de référentiel au format PDF
[attachments force_saveas=1 docid=”896,895″]

Télécharger les propositions de l’ANDEP au format PDF

[attachments force_saveas=1 docid=”897″]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Droit à l’image

Les droits d'auteurs sont régis par le code de la propriété intellectuelle du 1er Juillet 1992. Toutes les photos présentées dans ce site sont la propriété d'Isabelle Gabrieli. Elles ne peuvent être ni reproduites, ni utilisées à des fins commerciales ou publicitaires sans son autorisation.

Contact

ANDEP
277 rue Saint Jacques
75005 Paris

ANDEP

Association des documentalistes de l'enseignement privé. Association regroupant des documentalistes de droit privé et des professeurs documentalistes de l’Éducation nationale.

Mentions légales

Tous droits réservés pour l'ANDEP - 2013
Images et création graphique: Isabelle Gabrieli isabelle.gabrieli@orange.fr
http://www.isabellegabrieli-photographe.com