Le numérique peut-il être un levier contre l'illettrisme ?

Compter, calculer - illettrisme - photo : @ Isabelle Gabrieli

Sur l’Illettrisme : Elie Maroun, chargé de mission national à l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANCLI)

Elie Maroun, introduit son propos en rappelant que pour agir efficacement,notamment dans nos environnements numériques, il faut savoir de quoi et de qui on parle et se mettre d’accord sur les mots employés. Aussi donne-t-il les définitions d’illettrisme, analphabétisme, apprentissage du français langue étrangère :

On parle d’illettrisme pour des personnes qui, après avoir été scolarisées en France, n’ont pas acquis une maîtrise suffisante de la lecture, de l’écriture, du calcul, des compétences de base, pour être autonomes dans les situations simples de la vie courante.

On parle d’analphabétisme pour désigner des personnes qui n’ont jamais été scolarisées. Il s’agit pour elles d’entrer dans un premier niveau d’apprentissage.

On parle de Français Langue Étrangère pour les nouveaux arrivant dans notre pays qui ne parlent pas notre langue mais qui ont été scolarisés dans un autre pays auparavant.

En 2011, 2 500 000 personnes âgées de 18 à 65 ans, résidant en France métropolitaine et ayant été scolarisées en France, sont en situation d’illettrisme ; soit 7% de cette tranche d’âge. Un chiffre global élevé mais en baisse de 2% depuis 2004. [1]

Illettrisme et âge :

  • Plus de la moitié des personnes en situation d’illettrisme a plus de 45 ans.
  • La proportion de personnes en situation d’illettrisme est plus forte pour les groupes d’âge les plus élevés.

 

Illettrisme et emploi:

  • Plus de la moitié des personnes en situation d’illettrisme ont un emploi
  • Sur l’ensemble de la population, 6% de ceux qui sont dans l’emploi et 10% des demandeurs d’emploi sont confrontés à l’illettrisme.

 

Concernant les jeunes, il souligne que  5% des jeunes de 17 ans sont déjà confrontés à l’illettrisme. Il s’agit donc de penser prévention contre le décrochage scolaire.

Mr Maroun rappelle ensuite que le collectif « Agir contre l’illettrisme » a été obtenu le label « Grande Cause Nationale » pour 2013.

Il précise ensuite  les priorités d’action pour 2014 – 2018 :

  • Sensibiliser davantage l’opinion publique
  • Accompagner la démultiplication des pratiques réussies
  • Organiser des temps forts : 08 septembre, journée mondiale pour l’alphabétisation
  • Renforcer le partenariat avec l’éducation nationale :
    • Création d’un kit pédagogique en direction des parents en situation d’illettrisme
    • Signature du cadre national de principes et d’actions « Prévenir l’illettrisme ». Ce texte se veut être un cadre de référence pour la mise en place et la tenue d’actions en matière de prévention de l’illettrisme.

Prévenir l’illettrisme et lui faire face c’est, précise-t-il, permettre à tous d’acquérir et de consolider les compétences de base : lire/écrire ; calculer/compter ; utiliser les TIC….pour faire face, de manière autonome à des situations simples de la vie courante.

Il faut donc :

  • favoriser l’apprentissage formel, informel et non formel en tous temps, en tous lieux et en toutes circonstances.
  • Valoriser l’expérience, apprentissage informel et les compétences transférables
  • Changer de paradigme en pédagogie :
    • privilégier l’approche par compétences
    • réduire le morcellement des apprentissages
    • « faire d’abord » est possible

 

La compétence numérique est à acquérir et à actualiser en permanence. Elle est non seulement une compétence de base fondamentale et transversale mais aussi une compétence technique transférable.

Il souligne que si la compétence numérique apparaît dans les 8 compétences cités par le Cadre de référence européen, elle apparaît également dans le socle commun des connaissances et des compétences sous la forme « Maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication qui ne compte que 7 compétences (il manque la compétence Apprendre à apprendre.

Elie Maroun interroge ensuite le numérique comme obstacle ou opportunité pour les personnes qui sont en difficultés avec l’écrit.

 

Pour clore son intervention, il reprend quelques définitions :

L’analphabétisme numérique (digital illteracy) correspond à la non maîtrise des outils numériques ?

L’illettrisme numérique correspond à la maîtrise non actualisée du numérique.

La littéracie (literacy) est l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités (Rapport OCDE 2000)

La littératie numérique (Digital literacy) est l’aptitude à comprendre, utiliser les TIC dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités (d’après le Conseil numérique en France)

 

Pour prolonger :

Le PDF de présentation d’Elie Maroun : http://www.anlci.gouv.fr…

 

2 Comments on “Le numérique peut-il être un levier contre l'illettrisme ?

  1. Pingback: Fracture num | Pearltrees

  2. Pingback: Illettrisme 1 | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Droit à l’image

Les droits d'auteurs sont régis par le code de la propriété intellectuelle du 1er Juillet 1992. Toutes les photos présentées dans ce site sont la propriété d'Isabelle Gabrieli. Elles ne peuvent être ni reproduites, ni utilisées à des fins commerciales ou publicitaires sans son autorisation.

Contact

ANDEP
277 rue Saint Jacques
75005 Paris

ANDEP

Association des documentalistes de l'enseignement privé. Association regroupant des documentalistes de droit privé et des professeurs documentalistes de l’Éducation nationale.

Mentions légales

Tous droits réservés pour l'ANDEP - 2013
Images et création graphique: Isabelle Gabrieli isabelle.gabrieli@orange.fr
http://www.isabellegabrieli-photographe.com